La plume de My. La liberté de la folie

Un songe d'été


Un songé d'été

Les rayons de cet été
Fredonnent cette douce mélodie,
Remuant ainsi,  
Les souvenirs d'un lointain passé. 
Pour l’heure,
Je suis au crépuscule d'une vie,
Qui a perdu de sa chaleur. 
Pardonnez-moi, 
J'ai brisé mon miroir. 
Mille excuses,
J’ai oublié mon reflet 
Dans cette serrure glacée.
Je disparais isolée,
Comme à mon habitude,
Dans l’ombre profonde
Du fantasme lettré
De ma vie embrumée.
Pourtant,
J’ai toujours au fond de moi, 
Cette volonté féroce
De forcer cette porte 
Que j'ai moi-même condamnée. 
Soleil et lune, 
Été et brume. 
Je méprise cette dystopie,
Où l'attirance est éphémère. 
Où la solitude est notre seul repaire.
Je me languis,
De nos corps enflammés, 
De nos sens exaltés 
Je suis en manque de toi !  
De nos caresses hésitantes,
De nos premiers cris d’émois.
Nuits tumultueuses et mystérieuses,  
Étreintes langoureuses et voluptueuses. 
Par ton absence, je m’éteins doucement,
Ta chaleur s’écoulant de mon diamant. 
J’aimerais tellement me laisser consumer 
Par tes yeux verts enflammés,
Pour enfin renaître dans ce monde

De ténèbres, d’encre et de légendes !

My.



Échec et Mat

Je n'apprécie pas les gens en fonction de leur place sur l'échiquier du pouvoir et des ruses. Un Pion peut avoir plus de valeur qu'un Roi.
                                                                                            My.


Echec et Mat



Une rencontre


Une rencontre _ la Lune

J'ai rencontré la lune cette nuit.
Moi, qui ai toujours cru que c'était une femme.
Que nenni, je me suis bien trompée!
La lune est un homme ! Ô combien magnifique !
Il n'est pas beau mais dégage ce charme que seuls les êtres d'exceptions possèdent.
Malheureusement, nous ne vivons pas dans le même ciel. 
Jamais, je ne pourrai l'atteindre.


My.


Cœur d'Encre

encre

J’ai oublié d’écrire
J’ai oublié de me libérer
De tous ces sentiments
Fortes émotions
L’encre m’a manqué
Elle a ruisselé
Le long de mes joues
Jusqu’au creux de mon cou
J’ai oublié de dire à mon carnet
A quel point je t’ai aimé
A quel point tu me manques
Quand je nous imagine
Je ne vois que nos fous rires
Nos moments partagés
Notre timide intimité
Tu es dans mes pensées
Tu étais mon sourire
Mais je t’ai vu partir
Ô combien j’ai pleuré
Toute l’encre de mon cœur
Pour ce flirt déjà fané
Et, soudain j'ai compris
Qu’il fallait laisser mourir
Cette douce flamme
Qui a ravivée mon âme.

My. 


Qui ?

Je suis une funambule. J'avance doucement au-dessus des flammes. Ma corde est tendue entre l'ombre et la lumière. Je voudrais aller vers cette aura brillante mais l'obscurité m'attire tellement. J'ai envie de m'y plonger pour m'y perdre. J'avance, je recule, je ne sais quelle direction prendre. L'hésitation me fait perdre l'équilibre. J'ai peur de tomber dans le feu qui brûle sous mes pieds. Je suis terrorisée par ces flammes. Elles sont mes folies.


Mon Dieu aidez-moi, je ne sais pas qui être !
                                                                                                        My.


funambule